30 Déc 2013

Duplication de système Windows 7/2008 Server

Category: Softwareadmin @ 23:35

Dans ce petit article, je vais vous expliquer comment dupliquer un système Windows sur la même machine, afin d’avoir deux installations identiques du même OS (pour avoir un système de « secours » immédiatement bootable en cas de corruption du premier, qui peut également servir à « restaurer » le système à son état d’origine). Le tout à chaud, et à l’aide de deux outils très légers et gratuits pour une utilisation personnelle : DriveImage XML et EasyBCD.

Première étape : installation du système, en prenant soin d’avoir deux partitions au moins (soit en coupant le disque en deux partitions, soit installer le 2eme système sur un autre disque dur, pour pallier aux disques qui crament). Si vous avez déjà installé votre système, pas de panique, vous pouvez redimensionner votre disque dur ou dupliquer votre système sur un nouveau disque sans problème. La seule contrainte est d’avoir une partition cible au moins aussi grande que la partition source (sinon, vous redimensionnez).

dupliquer1

J’ai ici deux partitions (C: et E:) de 30 Go sur un disque de 60 Go et une partition (D:) de 60 Go sur le 2ème disque.

Une fois l’installation terminée (pilotes y compris etc…) j’installe donc DriveImage XML et EasyBCD. On commence par dupliquer le système avec le premier (Drive to Drive, C, Next, Next, E, Next, Next).

dupliquer2

Une fois la copie terminée, c’est là que nous allons faire en sorte de la faire démarrer correctement. Première astuce : échanger les lettres de lecteur. Mon système s’est installé sur le disque C (comme « un grand Classique… ») et ma partition de secours est le E. J’aimerais que le fait de démarrer sur mon système de secours inverse les deux lettres, afin que les programmes retrouvent bien le système dans C.

dupliquer3

dupliquer4 dupliquer5

  1. Monter la ruche SYSTEM de la nouvelle partition dans HKEY_LOCAL_MACHINE
  2. Dans la clé MountedDevices, échanger les valeurs des « \DosDevices\ » afin d’avoir la nouvelle partition dans C: (les copier-collers de valeurs binaires fonctionnent bien).

Une fois terminé, il ne nous reste plus qu’à créer notre menu de démarrage à l’aide de EasyBCD.

dupliquer6 dupliquer7

  1. Add New Entry, choisir un nom et la partition qu’on veut booter.
  2. Edit Boot Menu pour renommer et ordonner, puis Save Settings.

C’est prêt ! Il ne reste plus qu’à redémarrer, et choisir le système que l’on veut démarrer.

dupliquer8 dupliquer9

dupliquer10 dupliquer11

A noter qu’au premier démarrage des nouveaux systèmes, Windows va vous prévenir qu’il n’a pas pu démarrer correctement, ce qui est normal.

dupliquer12 dupliquer13

dupliquer11 dupliquer14

2 Réponses à “Duplication de système Windows 7/2008 Server”

  1. Martin a dit:

    Jolie astuce, mais n’est-il pas plus pertinent de compter sur la fonction de sauvegarde et de restauration de Windows ?

    Windows 7 et Windows 8.x supportent la fonction de « Sauvegarde d’image système » permettant une restauration aisée, pour peu que l’on dispose d’un « lecteur de récupération » correspondant (version 7 pour une sauvegarde Windows 7, version 8 pour Windows 8, version 8.1 pour Windows 8.1 ; c’est important, sinon il refusera de restaurer Windows), qui tient sur une clé USB (une clé USB de 512 Mo suffit ; le cas échéant, ajouter d’éventuels pilotes pour RAID dessus ou les avoir à portée de main par ailleurs).

  2. admin a dit:

    Il y a certes des fonctions de sauvegarde/restauration intégrées à Windows, mais le but ici était de pouvoir booter rapidement sur un nouveau système, sans devoir attendre une restauration. A mon boulot, le serveur est configuré ainsi : j’ai installé et mis en place l’OS principal, puis dupliqué le tout une fois toutes les applis configurées. De ce fait, si un jour le système principal venait à être corrompu, il suffira de choisir la 2ème option au boot, puis une fois la journée terminée, prendre le temps de restaurer le système principal à l’aide du secondaire. Ca offre une solution limitant le downtime pour des applications « critiques » (magasin en l’occurence).

Laisser une réponse